Aller au contenu principal

Réunion chaussettes à 11 pour cultiver un nouveau modèle agricole

Ils sont 11 ingénieurs agronomes. Ensemble, ils gèrent la Ferme de la Tournerie. Une belle aventure collective.

Ca ressemble à un esprit de mai 68 qui, un demi-siècle plus tard, reviendrait à la campagne. A la ferme de la Tournerie, dans le Limousin, le projet repose sur le « collectif ». Mais plutôt que de jouer au foot, l’équipe de 11 amis a décidé de s’installer en agriculture. Cinquante ans plus tôt, pas sûr que le monde paysan aurait suivi. Ils auraient peut-être été taxés de doux rêveurs. Mais l’époque des babas étant révolue, puisque c’était celle de leurs parents, le projet de ces trentenaires a été accueilli avec un regard différent. Cinq ans d’études et un diplôme d’ingénieur pour chacun a peut-être aidé aussi à imposer une image de sérieux.

" Ca se travaille"

Apprendre à se connaître à l’école donne de la cohésion à un groupe pour tenter l’aventure de l’installation. 10 000 euros en poche pour chacun. Une location de terre à l’association Terre de liens. Et voilà comment une ferme de 80 ha qui produisait des bovins viande devient ferme multi-production. Du lait, du fromage de vaches et de chèvres, de la viande de porc, des légumes, du pain, de la bière, un magasin et un bar associatif. Une vraie révolution et un modèle d’agriculture complètement différent. Ici, un salaire unique, une astreinte seulement un week-end sur 11. Un modèle d’organisation basé sur l’entraide et la mutualisation des machines pour éviter « la spirale de l’endettement ». Des relations humaines qui reposent sur le partage et la bienveillance. Bien sûr, « ça se travaille » mais ils y arrivent. Changer la vie d'agriculteur. Piétiner les codes du métier. Vivre ensemble une expérience. Le gros avantage du système est que l’on ne fait la cuisine que deux fois par semaine. Le gros inconvénient c’est que c’est pour 25 !

La ferme de la Tournerie est une des histoires présentées dans le documentaire « Le Champ des possibles » réalisé en 2017 par France 5.


En relation

Thumbnail
#AgriLife
« Rien opposer, toujours rassembler », l’ambition de Didier Guillaume pour l'agriculture

Il se présente comme un « inlassable militant défenseur et promoteur de la ruralité

Thumbnail
#AgriLife
Yannick Jadot ne défend pas les « crétins » qui attaquent les boucheries

Le gag de la boucherie Sanzot dans Tintin, c’était drôle.

Thumbnail
#AgriLife
Remue-ménage autour de la cage

L’élevage et la cage ne font pas bon ménage dans les médias.

Thumbnail
#AgriLife
Une pétition « contre le totalitarisme alimentaire »

Garantir la liberté de tous en matière d’alimentation.