Aller au contenu principal

Réception d'agriculteurs à l'Elysée en préambule au Salon

© Eskinder Debebe/ONU (archives)

Un petit millier d'agricultrices et agriculteurs sont attendus à l'Elysée le 22 février. Buffet paysan ou petits plats dans les grands ? Le menu n'est pas connu.

Ils seront un millier, peut-être 800, le nombre exact ne semble pas encore arrêté. Une chose est sûre, ils seront tous jeunes, agriculteurs ou agricultrices. Ils représenteront « la nouvelle génération agricole » et monteront les marches du palais de l’Elysée pour la réception du 22 février. Emmanuel Macron veut rencontrer la « génération Y de l’agriculture », celle qui aura la lourde tâche de « relever l’ambition de faire de la France le pays où on mange le mieux, plus sainement et plus durablement ».

Alors, comment choisir ? Evidemment, les calendriers d’agriculteurs et autres « Belles des prés » peuvent être une façon de sélectionner.  Mais pas sûr que ce soit la méthode suivie par les préfets chargés, dans chaque département, de trouver la fine fleur de la jeunesse agricole. Les heureux élus devront avoir moins de 35 ans et s’être installés en 2017. On élimine les vieux – ceux nés avant 1982-1983 – et ceux qui sont déjà trop rodés. L’Elysée précise encore qu’ils devront être « représentatifs de toutes les productions, de toutes les régions ». La liste devra aussi respecter la parité hommes femmes et la pluralité syndicale.

Un beau plateau, des convives détendus. Deux jours après, le 24 février, le Président se rendra au Salon de l’agriculture. Autre décor, celui des allées surpeuplées d’agriculteurs de tous âges. Autre ambiance : celle plus animale des rings.

C’est dans ces moments forts que l’on mesure toute la réussite d’une opération séduction.


En relation

Thumbnail
#AgriLife
« Rien opposer, toujours rassembler », l’ambition de Didier Guillaume pour l'agriculture

Il se présente comme un « inlassable militant défenseur et promoteur de la ruralité

Thumbnail
#AgriLife
Yannick Jadot ne défend pas les « crétins » qui attaquent les boucheries

Le gag de la boucherie Sanzot dans Tintin, c’était drôle.

Thumbnail
#AgriLife
Remue-ménage autour de la cage

L’élevage et la cage ne font pas bon ménage dans les médias.

Thumbnail
#AgriLife
Une pétition « contre le totalitarisme alimentaire »

Garantir la liberté de tous en matière d’alimentation.