Aller au contenu principal

Quand l'ordinateur remplace le chauffeur à bord du tracteur dans les vignes et vergers

Les agriculteurs en ont rêvé. Grâce à l’innovation de l'entreprise Precision Makers, le tracteur autonome devient une réalité dans les vignes et vergers. Il suffit de lui apprendre la tâche et il la reproduit, seul. Déjà 44 pionniers européens ont testé cet engin agricole du futur.

Un tracteur travaillant sans chauffeur, seul, dans les rangs de vigne ou au milieu des pommiers. Cette image, qu’on pourrait croire sortie de l’imagination, touche désormais au domaine du réel. En juin dernier, le concessionnaire alsacien Serma a présenté le système X-pert, conçu par l’entreprise néerlandaise Precision Makers. Grâce à cette nouvelle technologie, plus besoin de chauffeur, le tracteur arpente les rangées de plantes et réalise les manœuvres de façon complètement autonome. « La démonstration s’est déroulée sur vergers, mais on peut tout à fait imaginer l’utiliser en vignes », assure Freddy Jung, gérant de la concession agricole. Le dispositif s’adapte à tous les tracteurs Fendt de la gamme Vario, dont toutes les commandes sont devenues électriques et non plus mécaniques.

Reproduction au centimètre près

Le X-pert comprend un système GPS-RTK à la précision centimétrique et un ordinateur doté d’une technologie d’enregistrement des actions. Le principe est simple : l’agriculteur effectue une première fois la tâche et la machine retient les gestes du pilote (actionnement des gaz, de la direction, du relevage, de la prise de force…). L’ordinateur est ainsi capable de reproduire à l’infini les commandes réalisées par le tractoriste. De fait, le tracteur réitère seul le travail effectué la première fois, et cela au centimètre près. « Tout type de tâche peut être apprise, soutient Ralf Kroonen, chef de produit chez Precision Makers. Les viticulteurs équipés l’utilisent surtout pour la pulvérisation et la tonte, qui sont des actions répétitives et peu techniques. » La mémoire de l’ordinateur permet d’enregistrer plusieurs scénarios qui, une fois entérinés, sont reproductibles d’une fois sur l’autre. Depuis 2012, quarante-quatre agriculteurs à travers l’Europe ont installé la technologie X-pert, dont des viticulteurs allemands. « Nous n’avons que des retours positifs, assure le chef de produit, c’est un outil fiable. » Il faut dire que de nombreux systèmes de sécurité limitent le risque d’accident. Une caméra optique est installée à l’avant, et déclenche le ralentissement du tracteur en cas d’obstacle à moins de dix mètres, puis l’arrêt complet.

Une alerte par SMS en cas de problème

Le véhicule est également stoppé si la couverture satellite du GPS devient trop faible ou si le tracteur glisse de côté de façon anormale. Un SMS est alors envoyé à l’agriculteur. La conduite sans chauffeur est interdite sur la route, mais reste libre en terrain privé et assurable. Il est tout à fait possible d’utiliser son engin classiquement par ailleurs. « Nous espérons pouvoir adapter la technologie X-pert à d’autres marques dans le futur, mais ce sera difficile tant qu’il restera des commandes mécaniques. Il faudra attendre de nouvelles séries », regrette Ralf Kroonen. Le coût d’un tel dispositif, avoisinant les 38 000 euros, est toutefois restrictif. D’autres systèmes, moins onéreux, permettent par ailleurs au tractoriste de lâcher le volant une fois dans la rangée pour se consacrer à ses outils. C’est le cas notamment de l’Autopilot d’AvidorHighTech, dont Christophe Gaviglio, ingénieur mécanisation à l’IFV, a pu vérifier la fiabilité lors d’une journée de présentation en juillet 2016.


En relation

Thumbnail
#Agritrend
Le méthane agricole fait chauffer la bioéconomie

C’est une des applications de la bioéconomie, sujet stratégique pour l’agriculture

Thumbnail
#Agritrend
Comment ça pousse ? Quand le printemps arrive, les enfants se connectent à la terre

« Je peux prendre l’arrosoir pour l'emmener à l’école demain ? ».

Thumbnail
#Agritrend
[Exposition] Le « Double Je » des femmes en agriculture

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le ministère de l’A

Thumbnail
#Agritrend
Dans les fermes françaises, une chance sur 4 de tomber sur une patronne

En Europe, l’agriculture est un métier de « mec ».