Aller au contenu principal

Prosper va financer la transition écologique des agriculteurs

© Mark / flickr

100 millions d’investissements pour favoriser la transition écologique des agriculteurs. C’est la somme envisagée par les membres du club Prosper d’ici 2020.

Prosper – Ce prénom chanté jadis par Maurice Chevalier et tendance au début du 20e siècle a été remis au goût du jour dans les années 80 par la mascotte d’une marque de pain d’épice. Aujourd’hui, l’ours sympathique n’est plus très présent dans les mémoires. Prosper est plutôt associé au terme anglais et à la perspective de prospérer. Et c’est le nom qui a été choisi pour un club de financeurs de la « transition écologique » des agriculteurs. Les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique ont officiellement lancé la création de ce club le 7 décembre. Parmi les membres financeurs, figurent le Crédit Mutuel, le Crédit Coopératif, la Banque des territoires et le fonds Blue Bees. La finalité de ce groupe est d’accélérer les financements, sous forme de prêts ou fonds propres, des agriculteurs ou de porteurs de projets ayant pour objectif l’agroécologie. Le club Prosper aura pour rôle de mutualiser l’instruction des dossiers, pour éviter que les porteurs exposent leur projet à chaque financeur. D'ici 2020, les membres du club se fixent pour objectif de traiter ensemble 100 millions d'euros d'investissement.


En relation

Thumbnail
#AgriLife
Les produits agricoles en train vers la Chine ?

Les échanges commerciaux entre l’Asie et l’Europe passaient autrefois par la route

Thumbnail
#AgriLife
La Saint-Vincent tournante, fête œnotouristique incontournable en Bourgogne

La Saint-Vincent tournante est une institution dans le microcosme viticole bourguig

Thumbnail
#AgriLife
Les initiatives jeunesse pour une alimentation durable et solidaire récompensées par un prix

Une initiative novatrice allant dans le sens d’une agriculture et alimentation dura

Thumbnail
#AgriLife
2019, année des influenceurs

C’est une étude américaine qui vient confirmer une tendance déjà ressentie l’an passé