Aller au contenu principal

Mon beau sapin de Noël reste encore très naturel

Pour l'ambiance. En Alsace ou ailleurs, pas de marché de Noël sans sapin. © Patrick Cronenberger

A deux jours du solstice d'hiver, il est temps d'allumer les lumières sur le beau sapin de Noël. Eclairage sur un arbre indémodable. 

Le sapin de Noël naturel garde la préférence des Français. "Après un léger fléchissement en 2015, il a retrouvé l'an passé une nouvelle vigueur. D'après une étude récente, commandée par FranceAgriMer et Val'Hor (effectuée par Kantar TNS), 21 % d'entre eux ont acquis un sapin naturel en décembre 2016, contre 18 % en décembre 2015. Ainsi, 5,8 millions de foyers ont acheté 6,1 millions de sapins naturels pour un chiffre d'affaires de 156,5 millions d'euros"indiquent les responsables de l'Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN).

 Achat local et raisonné

Afin d'affronter la forte concurrence d'autres pays d'Europe, les producteurs de sapin naturel en France se sont regroupés au sein de l'Association française du sapin de Noël naturel (AFSNN). Ils peuvent ainsi mettre en avant leur mode de culture, la qualité des résineux et le faible impact qu'ils exercent sur l'environnement. Ainsi, 85 % des foyers ayant acheté un sapin ont fait le choix du naturel et seulement 15 % ont opté pour un sapin artificiel.
Ces producteurs tiennent à souligner "que les sapins naturels sont bien issus d'une culture et que, contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas extraits de forêts. Cette culture raisonnée et de proximité crée des emplois, est moins dépensière en carburant pour le transport, et suit une démarche responsable. Les acteurs de la filière, tous passionnés par leur métier, se consacrent au développement de sapins « Made in France » exclusivement destinés aux fêtes de fin d'année, et entièrement recyclables. Une démarche qualité reconnue par la signature « Fleurs de France ».

Perd ou perd pas ses aiguilles

 Le Nordmann caracole toujours en tête des ventes, et poursuit sa progression. En décembre 2016, il représente 75 % des parts de marché en volume, soit une hausse de 1,9 point par rapport à 2015. Cette espèce représente 80 % des parts de marché en valeur, soit une hausse de 1,4 point par rapport à 2015. Quant à l'épicéa, placé en deuxième position, il accuse une légère baisse en 2016, perdant 2,3 points de parts de marché en volume, totalisant 22 % du marché en volume, contre 24,3 % en 2015. Sur le marché, on trouve aussi le Pungens (aiguilles épaisses et piquantes pour un ton bleu), le Nobilis (aiguilles bleu vert, douces au toucher et qui exhale un parfum très particulier d'agrume) et l'Omorika (port élancé et aiguilles vert foncé au revers argenté).

 Variété de taille, variété de prix

Le prix moyen d'un sapin Nordmann est de 27,60 euros, tandis que le prix moyen d'un épicéa est de 20,20 euros. Selon l'AFSNN, les Français préfèrent les sapins de Noël naturels de plus d'un mètre de haut : 3 millions de sapins naturels mesurant entre 1 m et 1,50 m de haut totalisent 49 % des ventes de sapins naturels. 33 % des ventes représentent les sapins naturels de plus de 1,50 m, soit 2 millions d'unités.

Mon beau sapin se recycle

 La part des sapins naturels achetés entre le 1er et le 9 décembre 2016 a représenté 43 % du volume, contre 41 % en 2015. Soit plus de 4 sapins sur 10. Entre le 10 et le 14 décembre, 22 % des sapins s'achètent, puis la période du 15 au 20 décembre enregistre une remontée, avec 30 % des achats. Les achats tardifs, après le 20 décembre, ont totalisé 5 % des achats. Les grandes surfaces alimentaires restent le principal lieu d'achat des sapins de Noël avec 33 % des ventes en volume. Enfin, trois acheteurs sur quatre déclarent recycler leur sapin, en le déposant à un point de collecte, en assurant eux-mêmes sa transformation ou en le replantant.

 


En relation

Thumbnail
#Agrilife
Des chèvres débroussailleuses plus efficaces qu’un râteau

Si les incendies en Californie n’étaient pas si dramatiques, on pourrait sourire du

Thumbnail
#Agrilife
Pour que la biodiversité revienne à tire-d'aile

La biodiversité. Entre mot à la mode et véritable prise de conscience.

Thumbnail
#Agrilife
Un investisseur français sur les toits new-yorkais

Des serres high-tech pour cultiver des produits locaux.

Thumbnail
#Agrilife
La chasse aux pesticides présents dans l’air est ouverte

Quel air respire-t-on en bordure de champ cultivé ?