Aller au contenu principal

A midi, prenez le bus 26

Charles et Mélina, aux commandes du Bus 26, pour une cuisine ambulante ET gastronomique. © Véronique Gruber / Haute Loire paysanne

Charles et Mélina ont inventé un nouveau concept de restaurant gastronomique itinérant à bord d'un grand bus à étage. Le Bus 26 sillonne les routes auvergnates et sublime les produits locaux dans ses assiettes.

Depuis deux ans, un bus un peu particulier circule sur les routes de campagne du Puy-de-Dôme, une partie de l'Allier et de la Haute-Loire. Le Bus 26 ne transporte pas de passagers. Il propose aux ruraux, au printemps et en été, et aux urbains, en hiver, de se restaurer dans sa salle de restaurant de 26 places. Il sera au manoir de Vegoux à Charbonnière les Varennes (63) au mois d'août avant de se rendre au parc Vulcania en septembre, par exemple.

Unique en France

Charles Moncouyoux, chef cuisinier, et Mélina, responsable de salle, sont les créateurs de ce concept unique en France. Après un parcours professionnel dans la cuisine où il a évolué aux côtés de grands noms comme Régis Marcon et Philippe Brun en Haute-Loire ou encore Serge Vieira dans le Cantal, le jeune homme et sa compagne ont d'abord cherché à ouvrir un restaurant dans un petit village du Puy-de-Dôme ; de nombreuses mairies se sont alors portées candidates pour les accueillir. Ne pouvant les contenter toutes, « nous avons alors eu l'idée de nous déplacer »,souligne Charles. Et c'est lors d'un dîner sur une péniche, à Paris, que le couple a été séduit par le concept d'itinérance sur l'eau, et pourquoi pas sur la rivière Allier ! Cette dernière n'étant pas assez calme, le jeune couple a opté pour la route, à bord d'un bus à étage réaménagé en restaurant ambulant. Le Bus 26 dispose de 26 couverts à chaque service (déjeuner et dîner). Charles propose une cuisine « bistronomique »ou plutôt « bustronomique »comme il aime le dire, à base de produits locaux frais qu'il travaille lui-même dans le bus, dans sa petite cuisine de 6 m2 toute équipée ! « Je cuisine les produits que je trouve autour de l'emplacement du bus. Sachant que nous restons entre 3 et 4 semaines dans un même village. L'Auvergne est si riche en produits agricoles et artisanaux de qualité et nous sommes là pour les sublimer. Je suis fier de défendre le patrimoine culinaire auvergnat »,souligne Charles, qui, en tant que fils d'agriculteur, reste très attaché aux produits de notre terre.

Un " 26 places " qui affiche complet

Depuis l'ouverture du bus, le restaurant, installé à l'étage dans une salle climatisée avec vue panoramique, affiche toujours complet. Sa clientèle est à chaque fois conquise par l'originalité du cadre : « Le fait de se restaurer dans un bus rapproche les gens qui finissent par faire connaissance et à chaque service, c'est comme si on se retrouvait dans un salon de campagne »,lance le jeune chef. Dans leur aventure hors normes, ce qui séduit Charles et Mélina c'est de venir restaurer les locaux, au plus près de chez eux et d'apporter une prestation supplémentaire sur les lieux. Charles et Mélina tiennent à ce que la présence du bus n'occasionne aucun frais supplémentaire pour la commune qui le reçoit, c'est pourquoi le bus retourne chaque soir à sa base (Châtel-Guyon, 63) pour refaire ses stocks d'eau ; « quant à l'électricité, le branchement et la consommation sont au frais de l'entreprise Bus 26 »,explique le chef. Malgré cette contrainte, qui ne permet pas au bus de s'éloigner trop de son siège social, Charles et Mélina envisagent de s'organiser pour répondre à l'afflux des demandes qui émanent de communes plus éloignées. Même si l'aménagement et la mise aux normes du bus de 12 m de long et de 4,50 m de hauteur ont induit un investissement très lourd (490 000 € HT), le jeune couple se dit chanceux d'avoir pu concrétiser son projet et est donc reparti sur les routes pour l'année 2017, avec plein de projets en tête pour le Bus 26.

Valoriser les produits issus de l'agriculture

Charles Moncouyoux est le fils d'un éleveur de bovins allaitants (Charolaises et Salers) dans l'Allier. Il connaît bien le métier d'agriculteur, ses joies mais aussi ses contraintes. « J'ai vu mon père faire des heures et des heures à la ferme, sans prendre de vacances. Je l'ai vu peiner. J'aime l'agriculture mais ça a été difficile de me projeter sur l'exploitation. Nous sommes 4 frères et sœurs et personne ne souhaite pour l'instant reprendre la suite de mon père. Il ne m'a pas dissuadé de me lancer dans la cuisine ni dans mon entreprise. Il m'a dit d'accord pour la cuisine, mais fais en sorte de valoriser notre travail. À présent, je m'aperçois que je me suis lancé dans un métier tout aussi prenant que celui d'agriculteur ! », explique Charles qui s'estime chanceux de faire un métier qu'il aime. Et c'est en connaisseur qu'il se rend régulièrement dans les exploitations pour se fournir en produits : « Je vais moi-même voir les animaux et rencontrer l'éleveur ; cela m'aide à mettre en valeur le produit ».

Valoriser les produits issus de l'agriculture

Charles Moncouyoux est le fils d'un éleveur de bovins allaitants (Charolaises et Salers) dans l'Allier. Il connaît bien le métier d'agriculteur, ses joies mais aussi ses contraintes. « J'ai vu mon père faire des heures et des heures à la ferme, sans prendre de vacances. Je l'ai vu peiner. J'aime l'agriculture mais ça a été difficile de me projeter sur l'exploitation. Nous sommes 4 frères et sœurs et personne ne souhaite pour l'instant reprendre la suite de mon père. Toutefois, il ne m'a pas dissuadé de me lancer dans la cuisine ni dans mon entreprise. Il m'a dit d'accord pour la cuisine, mais fais en sorte de valoriser notre travail. À présent, je m'aperçois que je me suis lancé dans un métier tout aussi prenant que celui d'agriculteur ! », explique Charles qui s'estime chanceux de faire un métier qu'il aime. Et c'est en connaisseur qu'il se rend régulièrement dans les exploitations pour se fournir en produits : « Je vais moi-même voir les animaux et rencontrer l'éleveur ; cela m'aide à mettre en valeur le produit à sa juste valeur ».

 

En pratique

Le Bus 26 est ouvert de mars à décembre. Il propose ses services du jeudi midi au dimanche soir inclus dans les villages et villes du Puy-de-Dôme mais aussi sur une partie de l'Allier et de la Haute-Loire. Les réservations se font exclusivement par téléphone au : 06 38 52 60 19 - Renseignements : contact@ lebus26.fr - Possibilité de privatisation du bus pour différentes occasions (mariages, anniversaires...). Le Bus 26 propose quatre menus : La ligne express à 27 € (jeudi et vendredi à midi) ; La ligne savoureuse à 32 € - La ligne délicieuse à 44 € - La ligne fabuleuse à 54 €. Les arrêts du Bus 26 pour l'année 2017 sont en ligne sur le site internet du Bus 26 : www.lebus26.fr et sur facebook.

 


En relation

Thumbnail
#AgriFood
Sans farce (ni attrape) : la recette du vendredi

Une garniture fromagère en guise de farce pour une variante de la classique tomate

Thumbnail
#AgriFood
Des vitamines et du fer : la recette du vendredi

La pomme est de retour avec un peu d'avance cette année.

Thumbnail
#AgriFood
Un festival de couleurs : la recette du vendredi

C'est encore l'été et on en profite avec les légumes de saison.

Thumbnail
#AgriFood
Une tartine sans pain : la recette du vendredi

Ne la pelez pas, le contenu des assiettes n’en sera que plus coloré et plus léger.