Aller au contenu principal

Le livre du week-end

Dans le flot médiatique sur la maltraitance animale, ce livre parle au contraire de bientraitance des animaux. Un discours à contre-courant.

L'animalisme est un anti-humanisme

Alors que les antispécsites ont gagné le combat médiatique, Jean-Pierre Digard, anthropologue spécialiste de la domestication, démonte méthodiquement leurs méthodes et leurs actions de lobbying dans ce court essai,

Selon lui, l'émergence de l'activisme vegan est né du fossé grandissant entre animaux de compagnie surexposés et adorés et animaux d'élevage de moins en présents aux yeux du grand public. « Dans ce contexte, le concept flou et galvaudé de « bien-être animal » est devenu le cheval de Troie de l'idéologie animaliste », piège dans lequel seraient tombés le législateur et l'Inra notamment. Il prône plutôt la bientraitance des animaux, la confiance envers les éleveurs et dénonce la misanthropie des extrémistes « qui prolifèrent sur le terreau (...) des ratés des systèmes économiques et politiques ».

L'animalisme est un anti-humanisme, de Jean-Pierre Digard, est paru aux CNRS Éditions.

Prix : 14 euros.

 


En relation

Thumbnail
#AgriBook
2019 en perspective : le livre du week-end

Points chauds de la planète, analyses par des spécialistes, grands enjeux mondiaux, 5

Thumbnail
#AgriBook
Les campagnes à la Une : le livre du week-end

Face au sentiment d’abandon par l’Etat, à 150 ans d’exode rural et à la peur du déclin économique

Thumbnail
#AgriBook
Des elfes et des saisons : le livre du week-end

Douze mois en 253 pages pour faire le tour des histoires populaires, des contes, croy

Thumbnail
#AgriBook
Tour du monde de l’innovation : le livre du week-end

Conseiller à l’innovation et au développement économique et technologique du gouvernement Obama,