Aller au contenu principal

Super Monster Wolf repousse les sangliers japonais mangeurs de riz

Il est vilain et effrayant et tant mieux puisque son rôle est de faire peur. C’est un petit loup électronique doté d’une intelligence artificielle. La bête robot joue les épouvantails et surveille les cultures japonaises.

Ca ressemble à une horrible peluche animée. De longs poils, une tête articulée en plastique, une bouche bloquée en position ouverte découvrant des crocs peu engageants et des yeux aussi lumineux que le sabre laser de Dark Vador, en lumière Led clignotante. Bref, une bestiole affreuse que le petit Chaperon rouge n’aurait certainement pas confondu avec sa grand-mère. Car ce n’est pas un gentil loup-garou mais un robot-loup. L’animal s'appelle " Super Monster wolf ". Il est né au Japon où il a pour mission d’aider les agriculteurs à protéger leurs cultures. Au sud de Tokyo, dans la région de Kisarazu où il est expérimenté, il veille sur les cultures de riz et de châtaignes. Dotée de son intelligence artificielle, la bête se met en mouvement dès qu’un prédateur potentiel est à l’approche. Elle aboie et ses yeux s’allument pour effrayer l’ennemi qui bat en retraite sans demander son reste. Pas besoin de piles comme les petits lapins de la publicité, des capteurs solaires lui permettent d’être plein d’énergie en permanence. Et pour décourager les ravageurs qui pourraient s’habituer au petit numéro, le loup virtuel dispose de plusieurs sortes d’aboiements aux sons différents.

Bien sûr, on se prend à rêver que le robot japonais pourrait être importé en France pour glacer de terreur ses congénères. Ne pourrait-il pas  mettre un terme au conflit entre défenseurs du loup et éleveurs de moutons dans les montagnes ? Sans doute faudrait-il mettre au point un individu poilu de taille supérieure. Car le modèle japonais, long de 65 cm et haut de 50 cm, est plus petit que l’authentique Canis lupus qui sème la panique dans les troupeaux.

S’il ne repousse pas les loups, peut-être pourrait-il faire fuir les « cochons » dans le maïs. Au Japon, le " Loup super monstre "  parvient à éloigner les sangliers sauvages. Fort de ces résultats encourageants, le Pays du soleil levant va désormais le produire à grande échelle pour protéger les cultures sur l’ensemble du territoire.

Un gardien électronique qui devra peut-être à son tour être protégé… Une boule de poils à 5000 dollars peut attirer un autre genre de nuisibles.

Voir aussi autre vidéo sur YouTube.

 

 


En relation

Thumbnail
#AgriFutur
La start-up Pivot Bio sur la piste du microbiote des plantes cultivées

La start-up américaine Pivot Bio vient de lever des fonds pour bo

Thumbnail
#AgriFutur
L’avenir de l’agriculture passe par les énergies renouvelables

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie envisage de financer 50

Thumbnail
#AgriFutur
« Les agriculteurs doivent être des acteurs rémunérés »

Avec son Plan Biodiversité présenté le 4 juillet, Nicolas Hulot demande aux agricul