Aller au contenu principal

Le Suédois Ikea se pique au jeu de l'agriculture urbaine

Les urbains américains rêvent de verdure dans le béton. Une tendance qui ne s'arrête pas à la déco. © Wicker Paradise / flickr

Aerofarms est une startup américaine basée dans la banlieue ouest de New York. Autant dire que le milieu urbain leur est très familier. En manque de verdure, ils ont commencé à rêver de petites plantes. Et c’est ainsi que leur jeune pousse a germé et s’est mise à grandir dans le béton. Plus exactement dans une discothèque désaffectée de Newark dans le New Jersey. Leur idée : empiler les cultures pour augmenter la productivité au m2. C’est le concept de ferme à étages, où l’on verticalise l'agriculture. Les végétaux sont produits hors sol et en lumière artificielle et leur croissance est scrutée par une équipe d’horticulteurs, d’informaticiens et d’ingénieurs. Et ça plait ! La petite entreprise n’en finit pas de lever des fonds. Depuis 2014, la startup a recueilli 130 millions d’euros pour remplir ses plateaux de légumes. La société Meraas, basée dans les Emirats arabes, a notamment apporté sa contribution financière pour implanter des aerofarms dans la région de Dubaï.

Dernier mécène en date : Ikea. Avec d’autres partenaires dont le fonds londonien ADM capital, la chaîne d’ameublement a contribué à remplir une nouvelle enveloppe de 40 millions d’euros. Mais pourquoi donc le géant suédois se pique-t-il au jeu de d’agriculture urbaine ? La réponse sera sans doute dans le prochain catalogue. Patience.


En relation

Thumbnail
#AgriFutur
Guerre des terres à Gonesse City

Christiane Lambert et José Bové réunis par leur signature au bas d’une Tribune dans

Thumbnail
#AgriFutur
Fira – Les robots agricoles s'animent

Cela fait maintenant quelques années que les vaches peuvent aller se faire traire toute seules.

Thumbnail
#AgriFutur
Start up - Une alternative aux pesticides rayonnante

« Dans l’agriculture, de coûteuses alternatives » titrait le 24 octobre le journal « Les Echos ».

Thumbnail
#AgriFutur
10 millions d’euros pour l’innovation en agriculture

Les bonnes idées ont souvent besoin d’argent pour pousser.