Aller au contenu principal

Le livre du week-end

Dans le flot médiatique sur la maltraitance animale, ce livre parle au contraire de bientraitance des animaux. Un discours à contre-courant.

L'animalisme est un anti-humanisme

Alors que les antispécsites ont gagné le combat médiatique, Jean-Pierre Digard, anthropologue spécialiste de la domestication, démonte méthodiquement leurs méthodes et leurs actions de lobbying dans ce court essai,

Selon lui, l'émergence de l'activisme vegan est né du fossé grandissant entre animaux de compagnie surexposés et adorés et animaux d'élevage de moins en présents aux yeux du grand public. « Dans ce contexte, le concept flou et galvaudé de « bien-être animal » est devenu le cheval de Troie de l'idéologie animaliste », piège dans lequel seraient tombés le législateur et l'Inra notamment. Il prône plutôt la bientraitance des animaux, la confiance envers les éleveurs et dénonce la misanthropie des extrémistes « qui prolifèrent sur le terreau (...) des ratés des systèmes économiques et politiques ».

L'animalisme est un anti-humanisme, de Jean-Pierre Digard, est paru aux CNRS Éditions.

Prix : 14 euros.

 


En relation

Thumbnail
#AgriBook
Papillons et libertés : le livre du week-end

Ouvrez, ouvrez le bocal aux papillons… « Regardez-les s’envoler, c’est beau », dit

Thumbnail
#AgriBook
L’Estonie comme modèle digital ? Le livre du week-end

L’Estonie est un Etat de 45 000 km2 située sur les rives de la mer Baltique et avec une frontière

Thumbnail
#AgriBook
Entre Vouvray et Californie : le livre du week-end

Tout démarre dans la région de Vouvray à la toute fin du XIXe siècle.

Thumbnail
#AgriBook
La PAC en question : le livre du week-end

La politique agricole commune est source de questionnement.