Aller au contenu principal

La France parle d'agriculture et de forêt à la COP 24

Cop 24 à Katowice en Pologne le 3 décembre 2018. A la tribune, Maros Sefcovic, vice président de la Commission européenne en charge de l'énergie. © Irek Dorozanski / Union européenne

Agriculture et forêt font partie des discussions à la COP 24 qui se tient en ce moment en Pologne. La Conférence sur les changements climatiques fait aussi partie de l'actualité.

Depuis la COP 21 à Paris en 2015, les scientifiques du GIEC, le Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique, continuent à tirer la sonnette d’alarme. Au mois d’octobre, ils ont confirmé le seuil de 1,5 ° C de réchauffement à ne pas dépasser.

L’actualité brûlante des gilets jaunes a pourtant relégué au second plan la COP 24, la Conférence sur les changements climatiques qui se tient jusqu’au 14 décembre, à Katowice en Pologne.

Ce mardi et ce mercredi, au Pavillon France, sur le site de la conférence, les discussions vont être centrées sur l’agro-écologie. Jeudi 13, il sera question des « sols pour la sécurité alimentaire et le climat ». Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation français, à l’initiative de ces débats, montre ainsi sa volonté d’intégrer l’agriculture et les forêts dans la lutte contre le changement climatique. Leur rôle est essentiel.

Voir #COP sur alim'agri, le site du ministère de l'Agriculture et de l'alimentation


En relation

Thumbnail
#AgriLife
Les produits agricoles en train vers la Chine ?

Les échanges commerciaux entre l’Asie et l’Europe passaient autrefois par la route

Thumbnail
#AgriLife
La Saint-Vincent tournante, fête œnotouristique incontournable en Bourgogne

La Saint-Vincent tournante est une institution dans le microcosme viticole bourguig

Thumbnail
#AgriLife
Les initiatives jeunesse pour une alimentation durable et solidaire récompensées par un prix

Une initiative novatrice allant dans le sens d’une agriculture et alimentation dura

Thumbnail
#AgriLife
2019, année des influenceurs

C’est une étude américaine qui vient confirmer une tendance déjà ressentie l’an passé