Aller au contenu principal

[En festival, au calme] La Lozère s’en laisse conter et tisse son réseau

© DR

Et si à l’heure des réseaux sociaux en tout genre, se raconter des histoires, tout simplement, était aussi une façon efficace de communiquer.

En Lozère, le pays où on tond les brebis pour leur laine, cette tradition orale est devenue un véritable événement. Et cela fait 26 ans que ça dure !

Le festival Contes et rencontres va de nouveau ouvrir ses portes ce 18 février pour se prolonger jusqu’au 4 mars. Pas moins de 40 rendez-vous sont programmés avec toujours la même volonté : sortir les milieux ruraux de l’isolement culturel en allant au cœur des villages.

Le festival est porté par la Fédération des foyers ruraux du 48. Le Département et la Région sont partenaires mais aussi la Fondation de France, un « réseau de philanthropie », telle qu’elle se définie, qui a jugé que l’initiative répondait aux « besoins d’aujourd’hui et de demain » et qui a donc décidé d’encourager de ses dons, pendant au moins deux ans,  cette action « pour l’intérêt général ».

En pleine période électorale, aller battre la campagne en Lozère, voilà une idée originale. Chaque année, des spectateurs non-Lozériens franchissent le pas. Et le prix des places, de 6 à 10 €, vous laissera même de quoi acheter le tee-shirt du festival.

 


En relation

Thumbnail
#Agrifun
Remue-ménage autour de la cage

L’élevage et la cage ne font pas bon ménage dans les médias.

Thumbnail
#Agrifun
Brut de Pommerit - La gestion différenciée, c’est pas sorcier !

Agir de différentes manières sur des milieux différents.

Thumbnail
#Agrifun
« Mission Miam », une BD à avaler pour limiter les calories

Sopexa, l’agence de communication et de marketing des produits français à l’export

Thumbnail
#Agrifun
Vidéo - J’Aime les éleveurs devant les caméras

Quand on est éleveur, pas facile de s’improviser acteur.