Aller au contenu principal

Histoires d’enfances : le livre du week-end

Récits d'enfances qui ont marqué l'histoire. 62 portraits réunis dans un album, à découvrir à partir de 11 ans.

Journaliste, romancière et scénariste, Marie Desplechin a trouvé un complice idéal en la personne de l’auteur de littéraire de jeunesse et illustrateur lorrain Claude Ponti pour porter ensemble ce projet : raconter des enfances qui ont marqué l’histoire. Certaines de ces enfances se sont transformées en vies célèbres, connues de tous, d’autres ont marqué la grande marche du monde même si l’enfant derrière cette notoriété n’est pas forcément bien identifié. Si le livre ouvre avec l’inconnue Sophie Rostopchine alias cependant la très connue Comtesse de Ségur et auteure des célébrissimes Malheurs de Sophie, on découvre la réfugiée Andrée Descamps, la philosophe-mathématicienne-physicienne Sophie Germain (qui a dû emprunter le nom d’un étudiant homme pour pouvoir échanger avec ses homologues masculins de l’époque de la Révolution française) ou encore l’horticulteur Edmond Albius ou encore Philippe aux oiseaux qui, avec ses copains de classe, ramassait les oiseaux engourdis pendant les hivers rigoureux pour les réchauffer à l’école. Au total, l’ouvrage nous présente 62 portraits avec cette idée exprimée par Marie Desplechin : « Les enfances, c’est comme un standard de jazz. C’est l’interprète qui donne son sens, son existence, au morceau ».

« Enfances » est un ouvrage illustré de Marie Desplechin et Claude Ponti paru aux éditions L’Ecole des Loisirs.

Prix : 16,80 euros


En relation

Thumbnail
#AgriBook
Monstrueux : le livre du week-end

Les masques et déguisements d’Halloween s’en sont allés.

Thumbnail
#AgriBook
Cétacé sympathique : le livre du week-end

Une idée d'album documentaire pour découvrir une majestueuse créature aquatique : l

Thumbnail
#AgriBook
Nouveaux mondes, nouvelles routes: le livre du week-end

Le monde change, les routes qui permettent de le sillonner aussi.

Thumbnail
#AgriBook
Papillons et libertés : le livre du week-end

Ouvrez, ouvrez le bocal aux papillons… « Regardez-les s’envoler, c’est beau », dit