Aller au contenu principal

Faire carrière dans le cochon, pas si bête

Le modèle de nos grands-mères ne fait plus recette, mais faire carrière au milieu des cochons est toujours possible. © VintagePostcard/flickr

L’emploi dans la filière porcine est porteur et le secteur représente plus de 100 000 emplois directs en France. Les jeunes peuvent donc y envisager une carrière. Le hic, c’est que prendre la suite de papa ne fait plus rêver les fils et filles d’éleveurs de porc. « Le modèle familial a du plomb dans l'aile» estime Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP). Intervenant lors d'une journée de réflexion organisée par l'Institut français du porc (Ifip), le 6 décembre 2016, il a expliqué que la production porcine bretonne avait «un gros souci pour motiver ses jeunes». Nombreux sont rendus frileux par «la crise et les montants en jeu». Le président de la FNP plaide pour «la création de nouveaux outils», sans préciser lesquels. Plusieurs structures collectives bretonnes ont présenté leurs outils pour soutenir l'investissement des jeunes. Le groupe coopératif Triskalia propose de prendre 5% de participations pendant sept ans au travers d'une société d'investissement. De son côté, le groupement Aveltis a choisi de donner un «coup de pouce» sous forme de prêts. De quoi remotiver les troupes. Ou donner des idées à de jeunes aventuriers, sans patrimoine familial, mais convaincus que « dans le cochon, tout est bon ».


En relation

Thumbnail
#Agritrend
Le méthane agricole fait chauffer la bioéconomie

C’est une des applications de la bioéconomie, sujet stratégique pour l’agriculture

Thumbnail
#Agritrend
Comment ça pousse ? Quand le printemps arrive, les enfants se connectent à la terre

« Je peux prendre l’arrosoir pour l'emmener à l’école demain ? ».

Thumbnail
#Agritrend
[Exposition] Le « Double Je » des femmes en agriculture

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le ministère de l’A

Thumbnail
#Agritrend
Dans les fermes françaises, une chance sur 4 de tomber sur une patronne

En Europe, l’agriculture est un métier de « mec ».