Aller au contenu principal

Pour que la biodiversité revienne à tire-d'aile

Buse variable et bergeronnette printanière. © F. Cahez / LPO

La biodiversité. Entre mot à la mode et véritable prise de conscience. Largement présente à la Fête de la Science cette année, elle est aussi une préoccupation majeure de la LPO qui vient de signer un pacte avec les chambres d'agriculture pour faire revenir les oiseaux sur les terres.

La Fête de la Science démarre ce week-end et va se prolonger jusqu’au 14 octobre. Expositions, expériences, démonstrations… L’occasion de nombreuses découvertes.

Parmi les mots qui vont ponctuer cette semaine, celui de biodiversité sera largement décliné.

A Pont-Aven, dans le Finistère, il sera question « de la biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut », celle décrite dans son « Etude de la mer » sans que le terme ne soit évoqué. En 1913, date de parution de l’ouvrage, on parlait plus volontiers de nature que de biodiversité.

Dans le Tarn, à Carmaux, Agriculture et Biodiversité vont faire l’objet de différents ateliers et animations. Destinée à un public scolaire, la démarche pédagogique a pour objectif d’aider les plus jeunes à comprendre pour agir et devenir écocitoyens responsables.

A Montpellier, le Centre de recherche agronomique pour le développement, le Cirad, va aussi proposer ce samedi 6 et dimanche 7 octobre un programme autour de la « Biodiversité des espèces animales ». Il y sera question notamment des insectes, à découvrir sous  la loupe binoculaire ou dans les « Micro-portraits du peuple caché de nos cultures », exposition de l’entomologiste-photographe Antoine Franck.

« Des terres et des ailes »

Biodiversité toujours. C’est pour la réinstaurer dans nos campagnes que La Ligue de Protection des Oiseaux et le réseau des chambres d’agriculture ont décidé de s’engager dans un programme intitulé « Des terres et des ailes ». Objectif : lutter contre la disparition des oiseaux communs dans les territoires ruraux en mobilisant les acteurs du monde agricole : agriculteurs, paysans, associations locales, chambres d’agriculture…

Plutôt que de stigmatiser les agriculteurs, Allain Bougrain Dubourg a décidé de « leur donner les moyens d’agir ». Pour le président de la LPO, « c’est là où la biodiversité a le plus régressé qu’il faut mettre les moyens, ensemble, pour lui permettre une renaissance ». Une convention vient donc d’être signée entre la LPO et les chambres d’agriculture. Un site Internet a également été créé pour l’occasion. Envol officiel le 12 octobre.


En relation

Thumbnail
#Agrilife
Des chèvres débroussailleuses plus efficaces qu’un râteau

Si les incendies en Californie n’étaient pas si dramatiques, on pourrait sourire du

Thumbnail
#Agrilife
Un investisseur français sur les toits new-yorkais

Des serres high-tech pour cultiver des produits locaux.