Aller au contenu principal

Désapprendre le jardin : le livre du week-end

Ce livre vaut tout autant par la première partie de son titre (le côté provoc) que par la seconde (beaucoup plus rationnelle qu’il n’y paraît). Pas étonnant lorsque l’on sait qu’il a été rédigé par un auteur paysagiste et pépiniériste de formation. L’ouvrage est d’abord un appel à ne pas bétonner partout, à ne pas aligner partout, à ne pas vouloir mettre en carré et en modèle partout. Il se veut une ode à la déconstruction des logiques qui ont fait du jardin à la française la seule manière, ou presque, de concevoir un jardin. Redonner son sens et son existence à chaque végétal en rétablissant ses liens avec ses voisins végétaux, laisser la nature s’exprimer et l’aider à le faire plutôt que la contraindre : autant de volontés exprimées dans ce livre, à rebours des idées reçues, classiques. On y apprendra le shakkei, par exemple, une méthode japonaise pour « capturer le paysage environnant ». En fin de livre, on trouvera deux tableaux donnant, pour une centaine d’arbres arbustes et grimpantes d’une part et pour un bonne soixantaine d’herbacées d’autre part, des informations précieuses sur hauteur, vitesse de croissance, adaptation à l’ombre et au soleil, différents types de résistances, semis, bouture… Passionnant et rafraîchissant !`

« Petit traité du jardin punk. Apprendre à désapprendre » est un livre d’Eric Lenoir paru aux éditions Terre Vivante dans la nouvelle collection « Champs d’Action »

Prix : 10 euros.


En relation

Thumbnail
#AgriBook
20 bougies pour le n°83 : le livre du week-end

La revue trimestrielle « L’Alpe » fête ses 20 ans d’existence avec son numéro 83.

Thumbnail
#AgriBook
Truffé d'illustrations : le livre du week-end

La dernière édition de cet ouvrage était parue en 2012.

Thumbnail
#AgriBook
Sexe, anecdotes et plantes : le livre du week-end

Chez Hoëbeke, on a décidé de mêler humour, sciences et beauté pour parler de la sexualité des pla

Thumbnail
#AgriBook
Monstrueux : le livre du week-end

Les masques et déguisements d’Halloween s’en sont allés.