Aller au contenu principal

« Je filme le métier qui me plaît » : l’agriculture

« Je filme le métier qui me plaît ». C’est ce qu’ont fait 2700 jeunes pour être, peut-être, lauréats du concours. Verdict le 22 mai à Paris.

L’opération se déroule depuis 11 ans et la finale 2018 aura lieu le 22 mai au Grand Rex à Paris. 2700 jeunes seront présents pour connaître les gagnants du concours 2018 : « Je filme le métier qui me plaît ». Pas moins de 650 projets venant de 23 pays vont être examinés par le jury composé de personnalités du monde de l’éducation, des médias, de l’entreprise, de la production audiovisuelle. Des partenaires prestigieux parrainent l’événement : le cinéaste Costa-Gavras, la journaliste Tina Kieffer, l’explorateur Jean-Louis Etienne et le journaliste écrivain François de Closets.

Chaque vidéo dure au plus 3 minutes, temps court pendant lequel les jeunes cinéastes amateurs doivent présenter le métier vers lequel ils s’orientent, l’entreprise ou la filière à laquelle ils se destinent. Collégiens, lycéens, étudiants, tous se forment à des avenirs professionnels très différents mais tous sont animés par le goût de la communication et du challenge.

Parmi les films en compétition cette année, 70 parlent d’agriculture ou d’agroalimentaire. Plus de 10 %. Une belle récolte de sujets divers et variés. Horticulteur, éleveur, soigneur d’animaux, pépiniériste, jardinier, paysagiste, designer tracteur, apiculteur, producteur de yaourts ou de pain… Le méthane ou le « rurart » trouvent aussi leur place dans cette moisson de très courts-métrages.

A découvrir sur jefilmelemetierquimeplait.tv


En relation

Thumbnail
#AgriLife
Mon rêve américain dans le Nord Dakota

Le North Dakota est bien rouge sur la carte des Etats-Unis.

Thumbnail
#AgriLife
Un troisième enfant qui peut rapporter des patates

Combien de patates pour un troisième enfant ?

Thumbnail
#AgriLife
Une pétition « contre le totalitarisme alimentaire »

Garantir la liberté de tous en matière d’alimentation.

Thumbnail
#AgriLife
« Rien opposer, toujours rassembler », l’ambition de Didier Guillaume pour l'agriculture

Il se présente comme un « inlassable militant défenseur et promoteur de la ruralité