Aller au contenu principal

Des champs sur nos toits ou comment Paris se convertit à l’agriculture 

AgroParisTech
L’expérimentation menée à l’école d’agronomie a séduit. Les toits de Paris passent au vert. © AgroParisTech

Après Berlin, Budapest ou d'autres villes outre-Atlantique, Paris tente l'expérience de l'agriculture urbaine.

Les Parisiens, plutôt habitués à marcher sur les trottoirs le nez baissé, les yeux rivés sur les précieux écrans, vont bientôt pouvoir relever la tête. Fruits, légumes, fleurs comestibles et même du houblon vont bientôt végétaliser les toits de Paris. Spectacle tout à fait improbable il y a quelques années, les FarmRoof (fermes sur le toit), et autre HopWall (mur de houblon), deviennent réalité sous l’impulsion du projet Parisculteurs adopté par la Mairie de Paris. Trente et un sites appartenant à la capitale et à des partenaires tels que la RATP ou la Poste vont faire partie de cette aventure agricole urbaine. Les toits de l’Opéra Bastille, pas moins de 5000 m2, seront bientôt un immense jardin. Topager, entreprise qui va mettre ce projet en musique, a véritablement décidé de transformer le paysage urbain. C’est dingue, mais ce n’est plus utopique. Les idées qui faisaient sourire sortent de terre et les acteurs des start-up sont loin d’être de doux rêveurs. Le film « Des cultures et des villes » réalisé par AgroParitech et sorti en 2013 a fait du chemin et semé ses graines. Cinq hectares de toits parisiens sont convoités pour de véritables cultures. Une récolte de 500 t de produits consommables est attendue.

Topager va même implanter une mini-brasserie pour transformer le houblon. L’odeur de bière dans les rues de Paris, plus sympathique que les gaz d’échappement !


En relation

Thumbnail
#Agrifun
« Mission Miam », une BD à avaler pour limiter les calories

Ils s’appellent Nina, Léonard, Sofia, Yaniss et Nathan.

Thumbnail
#Agrifun
Vidéo - J’Aime les éleveurs devant les caméras

Quand on est éleveur, pas facile de s’improviser acteur.