Aller au contenu principal

Démographie et territoires - Des cahiers de doléances pour connecter deux mondes

© Jérôme Chabanne

Les chiffres de l’Insee 2018 attestent d’une « dégradation » de la situation démographique en territoires ruraux. Comment y remédier ? Et si des éléments de réponse se glissaient dans les cahiers de doléances.

A l’heure du grand débat national, voilà des résultats d’enquête (en l’occurrence les statistiques issues du dernier recensement 2018 de l’Insee) qui pourront servir pour mieux appréhender les évolutions en cours concernant la répartition des habitants sur les territoires de France. Les informations sont claires et concordantes. Les métropoles attirent toujours plus de monde et les communautés de communes ont tendance à perdre de leur attractivité. Quant aux territoires ruraux (sans métropole notamment), ils subissent une « dégradation » de leur situation démographique. Une diagonale Nord-Est/Sud du Massif Central en passant par la Bourgogne montre bien cette constatation. Dès lors, il faudra bien se poser les bonnes questions sur comment garder une connexion entre zones les plus peuplées et zones les moins peuplées, faire émerger les éléments susceptibles d’attirer vers les campagnes et surtout inventer les bons schémas qui permettront des échanges fluides (physiques à travers les modes de transports mais aussi autres à travers des pratiques de travail et de vie sociale) entre deux mondes dont on ne peut imaginer qu’ils deviennent séparés par un col infranchissable… Citoyens, à vos cahiers de doléances mis à disposition par les communes !


En relation

Thumbnail
#AgriLife
La plateforme Airbnb sous le charme des campagnes françaises

La petite start-up américaine devenue gigantesque étend son réseau partout en Franc

Thumbnail
#AgriLife
Le prestige de monter à la capitale

A la Belle Epoque, les chevaux faisaient partie du décor des rues de Paris.

Thumbnail
#AgriLife
L’agriculture recrute

L’agriculture peine à recruter.

Thumbnail
#AgriLife
La nature se moque de la Saint-Valentin. Et pourtant...

Le monde végétal peut aussi avoir ses histoires de cœur.