Aller au contenu principal

Cagette, bourriche ou barquette… Un autre regard sur les cageots

Peupliers et cagettes, un infini recommencement...

Il est loin le temps où les paysans du Piémont italien plantaient des peupliers à la naissance de leur fille en prévision du jour certain où elle se marierait. Un peuplier offrait un lit nuptial, une peupleraie constituait une véritable dot. Aujourd’hui, l’arbre au bois blanc est un investissement sur l’avenir plus incertain. Pour limiter les risques, les agriculteurs l’associent parfois à une culture et pratiquent ce que l’on appelle l’agroforesterie.

En 20 à 25 ans, le peuplier est à maturité, prêt pour la transformation. Mais que fait-on de son bois ?

Le syndicat national des industries de l’emballage léger en bois, le Siel, répond à cette question dans une vidéo diffusée sur YouTube depuis le 16 janvier. Deux minutes qui racontent une vie de cagette au contact des agriculteurs ou ostréiculteurs. Une vie qui se prolonge par un recyclage. Paillage des cultures, panneaux d’ameublement, bois plaquette pour le chauffage ou transformation en électricité… Rien ne se perd. Au bout de la chaîne, le CO2 sera absorbé par les nouveaux arbres replantés. Et la boucle est bouclée pour un arbre que, pourtant, les industriels « déroulent ».


En relation

Thumbnail
#AgriBuzz
Gagnés par la montagne de Reims

Un peu de neige a suffi pour qu'ils chaussent les skis et nous offrent de belles im

Thumbnail
#AgriBuzz
A la Saint-Valentin, offrez des tulipes

En général, quand ils présentent des machines, c’est betterave, blé, colza et compagnie.

Thumbnail
#AgriBuzz
Un fromage au cœur de la Saint-Valentin

Difficile de le contester : le Neufchâtel est un amour de fromage