Aller au contenu principal

Agnès Kindt - « Nourrir les autres, ça a du sens »

© A. Kindt

 Pour Agnès Kindt , 28 ans, le semis, c’est l’affaire des femmes. De la graine... aux boulons du semoir.

Le retour aux sources n'était pas  prévu pour la chercheuse en écologie.  « C’est une rencontre avec les ‘Amapiens’ qui a changé ma vie », explique Agnès Kindt. Fille d’horticulteurs du côté d’Armentières, Agnès laisse tomber le labo et la théorie pour planter des légumes sur les terres de ses parents. « Nourrir les autres, ça a du sens », dit-elle, fière de ses 10 000 m2 de légumes de terroir, et de son atelier de 100 poules pondeuses. Atelier construit de ses mains, comme quelques outils : « c’est physique le travail au sol, le semis, la plantation, le désherbage, on est pliée en quatre ». Agnès veut du léger et du maniable. Les fournisseurs ne la prennent pas au sérieux, depuis quand une femme s'y connaît-elle en matière de boulons ? Alors elle riposte, avec son arme de choc : l’esprit d’innovation. Et elle se forme via des tutos et des ateliers « pour me  réapproprier les savoirs paysans et devenir autonome ». Curieuse avant tout, elle apprend à souder, découper, percer le métal.

 


En relation

Thumbnail
#Agrilife
Des chèvres débroussailleuses plus efficaces qu’un râteau

Si les incendies en Californie n’étaient pas si dramatiques, on pourrait sourire du

Thumbnail
#Agrilife
Pour que la biodiversité revienne à tire-d'aile

La biodiversité. Entre mot à la mode et véritable prise de conscience.

Thumbnail
#Agrilife
Un investisseur français sur les toits new-yorkais

Des serres high-tech pour cultiver des produits locaux.

Thumbnail
#Agrilife
La chasse aux pesticides présents dans l’air est ouverte

Quel air respire-t-on en bordure de champ cultivé ?