Aller au contenu principal

9 et 10 juin, Reims en effervescence - A la rencontre du vaste monde du champagne

En champagne tous les raisins ne prennent pas le même chemin pour se transformer en fines bulles. Il y a les vignerons qui vinifient eux-mêmes et suivent les grains jusqu’à la bouteille. Et il y a les viticulteurs qui livrent leur raisin aux maisons de négoce et coopératives. La profession est organisée ainsi et le syndicat général des vignerons de Champagne, le SGV veille au grain. Et justement. En assemblée générale le 7 avril, la noble institution créée en 1919 et qui rassemble pas moins de 99 % des vignerons champenois, a mis en garde. La profession souhaite que le pourcentage de champagne de vigneron ne descende pas en dessous du tiers. Or, actuellement, 72 % des ventes de champagne passent par le négoce et seulement 28 % par les vignerons. Trop peu pour la santé de l’ensemble de la profession. Le président du SGV, Maxime Toubart, n’a pas hésité à employer la métaphore de la grenouille plongée dans l'eau tiède, qui s'y sent bien et ne réagit pas quand l'eau chauffe, laquelle finit par la tuer. Pour réveiller les esprits, il propose une cotisation de 2 centimes par kilo de raisin pour la promotion du Champagne de vignerons.

 

En attendant, la fête se prépare à Reims, haut-lieu du champagne. Réunissant vignerons, négociants et coopératives, La Champenoise – 2e édition – va se dérouler les 9 et 10 juin. Sous les halles du marché de Boulingrin, 65 producteurs proposeront aux visiteurs de découvrir et déguster leurs meilleures cuvées. Amateurs de champagne, touristes et professionnels vont se retrouver dans les allées de cette manifestation pétillante. Bien sûr, les bouteilles seront aussi vendues sur place, à prix propriété. Et pour clore ce grand marché dans une ambiance festive, samedi soir, une nocturne musicale entre jazz et électro swing.

Prix des billets à partir de 8 €. Plus d’infos sur http://www.fetechampenoise.com/

Lire aussi Le champagne, symbole de la France qui réussit.


En relation

Thumbnail
#AgriLife
« Si on veut, on peut » devenir éleveur

« Je suis mon propre patron ». « J’aime travailler avec la nature ».

Thumbnail
#AgriLife
Réception d'agriculteurs à l'Elysée en préambule au Salon

Un petit millier d'agricultrices et agriculteurs sont attendus à l'Elysée le 22 fév

Thumbnail
#AgriLife
Moins de cuivre dans le bio, c'est possible

Les producteurs bio aimeraient bien réduire les traitements bleus.

Thumbnail
#AgriLife
2018 dans une bonne dynamique économique

Tout n'est pas rose mais des facteurs convergents laissent augurer d'une année à ve