Aller au contenu principal

400 000 produits alimentaires passés au crible d’Open food facts

© Yuca

Nos assiettes sont sources d’inspiration pour le numérique et l’open data. Le projet collaboratif Open food facts revendique désormais 396 000 produits alimentaires dans sa base de données.

Le nombre d’informations chiffrées d’Open food facts a presque quadruplé en un an. Ce projet collaboratif en ligne a pour but de constituer une base de données libre et ouverte sur les produits alimentaires du monde entier, pour obtenir les informations sur les ingrédients, additifs et la composition nutritionnelle. Cette forte progression est liée au succès de Yuka, application mobile permettant de scanner les produits et d’analyser leur impact sur la santé. 175 000 produits ont été ajoutés ou mis à jour en 2017 par ce biais. Open food facts bénéficie de l’importation d’autres bases de données, en particulier celle de l’USDA, le ministère américain de l’Agriculture. L’association s’appuie également sur l’importation de données en direct des producteurs. Elle a ainsi travaillé l’an dernier avec Fleury Michon pour obtenir directement les photos et données de leurs produits sous licence libre. Ces trois nouvelles sources complètent la collecte citoyenne des 7500 contributeurs d’Open food facts.

Les E171 et autres additifs alimentaires épinglés ne vont plus pouvoir se cacher longtemps. Désormais, les produits qui en contiennent rentrent dans la classe des « mauvais » élèves et des produits « à éviter ». De quoi faire réagir consommateurs et industriels.


En relation

Thumbnail
#AgriFood
La recette du vendredi

Le chimichurri est un condiment sud américain à base de piment, originaire d'Argent

Thumbnail
#AgriFood
La recette du vendredi

Un peu de cuisine mexicaine avec des burritos.

Thumbnail
#AgriFood
Une appli pour choisir son resto ou son boucher en toute confiance

En un an, l’appli Alim’confiance a été téléchargée par 230 000 utilisateurs.

Thumbnail
#AgriFood
Pas de cerises traitées au diméthoate en France

Les cerises vendues sur les étalages français doivent être garanties «